Etape primordiale à tout bon projet tricot : trouver et choisir un modèle. On peut aussi parler de patron, mais personnellement je trouve que ça fait plus couture que tricot. Question d’habitude sûrement. Bref, quelque soit le nom qu’on lui donne, pour apprendre et progresser au tricot, on a besoin de quelques explications.

Pour débuter un tricot, on commence donc par décider de ce qu’on va tricoter. Et comme pour la laine ou les aiguilles, un bon modèle ça ne se choisit pas n’importe comment. Ils ne se présentent pas tous de la même façon et surtout ne s’adressent pas tous au même public de tricoteurs.

On choisit le modèle avant d’acheter la laine

Sincèrement, la foudre ne s’est jamais abattue sur qui que ce soit n’ayant pas eu la force de résister à l’appel sournois de ce magnifique écheveau de laine, et absolument aucune idée de ce qu’il allait bien pouvoir en faire au moment de passer en caisse. Mais à moins de se lancer dans une improvisation totale ou d’être capable d’adapter un modèle, je déconseille fortement aux néophytes d’acheter leur laine avant d’avoir choisi leur modèle.

Il y a bien plus de pelotes qui attendent désespérément leur modèle que de modèles qui attendent leurs pelotes.

Evidement cette laine achetée sans projet préalable n’est pas condamnée à rester éternellement au fond d’une boite ou sur une étagère à prendre la poussière. Il y a toujours la possibilité de chercher le modèle adéquat après avoir acheter la laine. Mais là, mieux vaut avoir un stock de patience quasi-illimité car Dieu sait qu’il en faut pendant ces heures, ces jours, ces semaines ! à éplucher le net et toutes les revues qui nous passent sous la main avant d’ENFIN tomber sur le modèle qui permettra d’utiliser ce magnifique fil… pour souvent se rendre compte qu’on n’a pas le bon nombre de pelotes pour tricoter cette perle rare… *sick*

Où trouver des modèles ?

Les catalogues

Je pense que toutes les fabricants de fil proposent leur catalogue. Ils y présentent leurs laines, souvent autour d’un thème ou d’une collection, et proposent des modèles pour utiliser les fils à tricoter avec les explications détaillées : Phildar, Plassard, DMC, Katia, Bergère de France…. On trouve ces catalogues directement dans les boutiques physiques ou numériques des marques, ou chez leur revendeur, mais aussi dans certaines boutiques de presse.

Les revues spécialisées

On trouve également des revues de tricot plus généralistes. Elles proposent un certain nombre de modèles, souvent par thématique et non plus par marque. Je pense par exemple aux magazines Fait Main Magazine, Burda Style, Ideal… Le site journaux.fr rassemble tout ou presque de ces revues spécialisées si vous voulez jeter un coup d’œil.

Internet

La source la plus prolifique reste Internet, avec l’autre avantage qu’on y déniche également un nombre incalculable de modèles gratuits. On hésite pas à aller jeter un œil sur le site internet des fabricants de laine qui proposent les modèles de leurs catalogues en version numérique, mais également un bon nombre de patrons gratuits.

Les blogs et les sites de passionné(e)s sont une autre possibilité pour trouver des modèles, même en ayant déjà une idée de la laine qu’on souhaite utiliser. Les modèles y sont généralement uniques et originaux, et souvent gratuits. On trouve également des tutoriels en pas à pas sur YouTube, ou encore de jolies inspirations sur Insta pour ne citer qu’eux.

Logo Ravelry
Crédit image : Ravelry

Impossible de parler de modèles tricot sans dire un mot sur LE site qui abritent la plus important communauté de tricoteurs du monde : Raverly. Astuces, créations et patrons sont au rendez-vous, dont beaucoup de gratuits.

Le seul petit bémol, c’est qu’il faut une certaine maitrise pour s’y retrouver d’autant que le site est en anglais. Et il faut être particulièrement attentif aux explications quand on choisit un modèle surtout s’il a été créé à l’autre bout du monde, et donc de penser, si nécessaire, à chercher la correspondance pour la taille des aiguilles avant de se lancer.

Des modèles pour tous les niveaux

Entre les catalogues, les revues et Internet, impossible de ne pas trouver le modèle que vous allez rêver réaliser. Mais quand on débute au tricot, la vision un peu superficielle de cette activité amène souvent à faire le mauvais choix de modèle soit parce qu’on compte sur l’ami(e) confirmé(e) qui se chargera des parties un peu complexes qui au final ne le fera pas, soit parce qu’on a été trop audacieux et au final on laisse tomber parce qu’on a craqué pour un modèle en fait bien trop compliqué.

On opte donc pour un modèle relativement simple pour débuter. L’idée est de commencer à se familiariser en douceur au jargon avec un modèle écrit en français de préférence, utilisant peu de point différents, et répétitifs pour bien saisir la technique mais pas trop non plus pour ne pas finir par se lasser.

Le modèle le plus simple vous fera passer par toutes les étapes clés exactement exactement de la même façon que le modèle le plus complexe : faire l’échantillon, monter les mailles, tricoter, rabattre les mailles. Il faut néanmoins choisir un modèle en adéquation avec son propre niveau de compétence, c’est pourquoi les modèles indiquent la plupart du temps le niveau de difficulté.

Beaucoup de sites préconisent de commencer par la traditionnelle écharpe. Je ne suis pas forcément d’accord. Franchement tricoter un rectangle en utilisant toujours le même point pendant plus d’un mètre… super rébarbatif, à moins de le faire avec une laine vraiment épaisse pour ne pas y passer des semaines. J’aurais tendance à conseiller de se lancer avec des snoods ou des pochettes. Les headbands font aussi très bien l’affaire pour des premiers projets. On en trouve de très simples à réaliser pour apprendre les mailles de base : le point mousse et le jersey.

Les différents types de modèles

Le modèle vidéo

Je commence par lui, parce que c’est le plus simple à comprendre. Il suffit de faire exactement la même chose que la personne sur la vidéo. Ni plus, ni moins. Le seul véritable impératif c’est d’avoir déjà une (petite) connaissance du lexique employé histoire d’arriver à suivre.

Le modèle écrit

Et là, c’est le drame. Entre les abréviations, les sigles, les schémas, les grilles… on aurait de quoi y perdre notre latin surtout quand on ne maitrise pas encore le jargon. Pourtant pas de véritable raison de paniquer parce qu’à bien y regarder c’est plutôt simple à comprendre, d’autant qu’il y a une certaine normalisation des abréviations et sigles, ce qui permet de ne pas s’arracher les cheveux quand on passe d’un modèle à un autre.

  • Le modèle écrit de type tutoriel est sans doute le plus facile à comprendre et à suivre. Une fois qu’on a compris les abréviations utilisées par soucis de gain de place, il suffit de suivre ligne par ligne de qui est écrit. C’est souvent ce type de modèle qui est proposé sur les blogs dédiés au tricot.
  • Le modèle écrit de type patron est un peu plus difficile à appréhender. Souvent il donne les consignes pour créer le modèle dans différentes tailles, il ne faut donc pas s’y perdre. Et il comprend généralement une grille légendée qu’il faut prendre le temps de déchiffrer avant de se lancer. Je n’ai pas souvenir d’en avoir vu beaucoup sur les blogs, mais les fabricants de laine y ont souvent recours. Je trouve ce type de modèle très pratique quand il y a des motifs ou des détails très élaborés, parce qu’on visualise tout de suite à quoi ça va ressembler.

 

Chaque type de modèle a ses avantages et ses inconvénients. C’est donc intéressant de tous les tester. Après c’est une question de préférence mais je déconseille de faire l’impasse sur l’un ou l’autre en terme d’utilisation d’autant que comme je l’indique plus haut, tout dépend d’où vient le modèle. Pour apprendre les techniques, j’avoue que j’ai une préférence pour les vidéos. Mais je crois que pour la réalisation, je préfère les modèles écrits. J’aime bien les annoter et je les trouve plus facile à reprendre quand je fais une pause.

 

Petit Bonus !

Couverture d'une revue de tricot
Couverture d’une revue de 1955. Crédit image : www.benesaddict.fr

Les catalogues, on les aime aussi pour leur coté vintage. J’ai trouvé celui-ci sur le site benesaddict.fr. On y trouve des reproductions de magazines qu’on n’a plus trop l’occasion de croiser maintenant. De vraies petites pépites !

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page.

%d blogueurs aiment cette page :