En bandeau, sous forme de bague ou rattachée par un petit cordon, le petit bout de papier/carton qui accompagne la pelote de fil est une mine d’informations non négligeable pour faire son choix, mais pas forcément facile à comprendre. On prend donc le temps d’apprendre comment décrypter les étiquettes.

Les informations les plus utiles

Elles sont normalement communes à toutes les étiquettes, quelque soit le fabriquant ou la forme de l’étiquette.

Les noms du fabriquant et du fil

Ce sont les premières informations qu’on cherche quand on part en quête de la laine machin de chez truc : le nom de la laine (machin) et le nom du fabriquant (truc). Ecris en grand, trônant au milieu de l’étiquette, se sont donc les première informations qu’on trouve. Parfois il y a également un logo et/ou un petit slogan, selon les marques.

Les caractéristiques du fil

Il faut parfois un peu trifouiller dans la pelote pour mettre l’œil dessus, mais la seconde information à chercher concerne les caractéristiques du fil

  • sa composition (synthétique, laine, mélange…)
  • son grammage, correspondant au poids de la pelote
  • son métrage, autrement dit la longueur de la pelote
  • le numéro du bain, une information très importante pour éviter les démarcation visibles.

Les informations concernant le matériel

Les aiguilles de tricot sont représentées par 2 aiguilles qui se croisent. Le crochet par un crochet et la machine à tricoter par un sigle.

L’étiquette indique également le numéro des aiguilles à utiliser pour travailler le fil. Si cette information n’apparait pas, soit c’est parce que le fil n’est pas pas prévu pour être travaillé seul mais doubler avec un autre fil, soir parce qu’il est dinée à la réalisation de dentelle de type Shetland.

L’échantillon

Il est systématiquement indiqué sur la pelote dès lors qu’il est fait mention de la taille des aiguilles. C’est l’indication du fabriquant sur le nombre de mailles et de rangs nécessaire pour réaliser un carré de 10 cm en respectant la tension du fil pour un résultat optimal. Il est fortement conseillé pour ne pas dire obligatoire de tricoter son propre échantillon avant de se lancer dans la création du modèle choisi pour déterminer s’il faudra adapter ou pas le modèle à sa façon de tricoter.

Les conseils d’entretien

C’est toujours bon de les avoir et de les garder sous la main pour l’entretien ultérieur de son tricot. Je n’hésite pas à donner une étiquette quand j’offre une de mes réalisations.

Les informations secondaires

Elles sont moins utiles, c’est pourquoi les fabricants de laine ne les indiquent pas forcément :

  • Le nom et/ou le numéro de la couleur
  • le pays de fabrication du fil
  • les nombre de pelotes nécessaires à la confection d’un pull de taille 40
  • la correspondance de la taille d’aiguilles dans un autre pays
  • le code barre
  • les logos des réseaux sociaux
  • l’adresse du site web du fabricant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page.

%d blogueurs aiment cette page :