Il faut que je vous raconte notre dernière idée un peu folle : agrandir la famille en passant par l’adoption à la SPA. À la maison on est déjà pas mal coté bestioles avec un chien, un chat et un lapin. Mais il y a quelques années nous avions en plus un chat et deux hamsters pour compléter cette joyeuse animal-family.

On s’était un peu calmé après la disparition de 4 de nos petits compagnons mais l’envie nous a repris récemment. Nous repoussions le projet, en ayant déjà pas mal de projets coté professionnel sur le feu. Et puis finalement on a sauté le pas. Je vous dis tout.

Un amour commun des animaux

Avec mon chéri, si il y a bien une chose qu’on partage c’est notre amour des bêtes. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un chien et/ou un chat (voir deux de chaque) à la maison. J’ai même vécu quelques années dans une maison qui accueillait entre 10 et 20 chiens selon les périodes (et un chat. le pauvre…). Pour l’anecdote, ça aide de vivre chez la présidente d’un refuge animalier pour ouvrir une vocation…

Interdiction de toucher aux animaux, mais eux ont le droit de toucher les visiteurs à priori…

Mon chéri n’a pas eu cette « chance » bien qu’il ait vécu avec au moins un chien quand il était plus jeune, et qu’il avait un chat quand on s’est connu. Mais il fait parti de ces personnes qu’on peut directement mettre de la catégorie ami des bêtes. Toutes les bêtes : chat, chien, poule, lapin, hamster, émeu, singe… Oui, oui. Je me rappelle très bien d’une sortie dans un parc animalier, Monsieur suivi par une bande de singes pas farouches au point qu’il en a un qui lui caressait carrément le bras !

Un chat, un chien, un lapin…

Quand j’ai quitté le domicile familial pour voler de mes propres ailes, autant vous dire que passer d’une meute à rien du tout, c’était un peu la descente vertigineuse. Il aura fallu que j’attende un peu pour enfin accueillir mon premier chat en solo. Une petite femelle qui avait été trouvée dans une poubelle, évidement pas sevrée. 

Fifi a donc emménagée chez moi en 2002, et elle m’a accompagnée pendant près de 15 ans ! Avec ses deux billes vertes sur pelage noir et son vilain caractère. Parce qu’elle n’aimait personne, ou du moins vraiment pas grand monde. Ce qui ne l’aura pas empêché de fermer les yeux sur :

  • l’accueil provisoire en 2006 ou 2007 de deux chatons blancs trouvés sur un bord de route. Cédille et Cicéron ont rapidement été adoptés par des amies.
  • l’arrivée d’Hime (se prononce « Imé ») en 2012 (cf. photo à la une). Fifi dans ses phases Garfield a bien tenté de se débarrasser du chien un certain nombre de fois… Mais Hime continue de profiter de la vie et a fêté ses 10 ans en janvier dernier.

    Lumya en 2015

  • le passage de Big Daddy et Fruity, le duo infernal de hamsters, puis de Nougat quand Fruity (qu’on aurait pu appeler Oudini) s’est échappé de sa cage pour la énième fois sans qu’on le retrouve cette fois. On a pas retenté les hamsters depuis, mais notre fils commence à lorgner dessus quand on passe à l’animalerie *sick*
  • l’installation de Praline, le lapin de ma fille aînée, en octobre 2014 pour la responsabiliser un peu (ce qui n’a absolument pas fonctionner mais bon, il fallait tenter ? ). La lapine devrait néanmoins tranquillement fêter ses 8 ans en septembre. OUF !
  • le sauvetage de bébé Lumya en 2015 qui a échappée de peu à la mort si Monsieur l’ami des bêtes n’était pas passé par là. Et ça fait bientôt 7 ans que cette petite chatounette est avec nous !

L’adoption à la SPA, une évidence finalement

Pour moi ça coule de source, parce que presque tous les animaux qui ont traversé ma vie l’ont fait dans des conditions particulières. Pilou, le premier chien qu’on ait eu à la maison quand j’étais gamine, avait été trouvé par mon père complètement par hasard un matin où il passait sur une plage. Un chiot jaune pâle, planqué sous un cabanon et à demi-enterré dans du sable. Si ça c’est pas la Providence…

Ouvrir notre porte aux animaux, c’est aussi opter pour le sauvetage.

Notre Hime, elle commence doucement à prendre un peu d’âge et elle ne sera (hélas) pas immortelle. On s’est donc dit que ça pourrait être intéressant de prendre maintenant un autre compagnon à 4 pattes. Déjà ça lui fera de la compagnie quand on est pas là vu qu’on ne peut définitivement pas compter sur le chat qui est toujours en vadrouille.

Hime

Restait à trouver le nouveau compagnon. Honnêtement, l’idée de prendre un chiot nous a effleuré vu qu’on en a pas fait faire à la princesse. Un qui serait racé pourquoi pas, issu d’un élevage pour changer, soyons fous. On a aussi pensé à jeter un coup d’œil aux annonces sur les sites comme le Bon Coin, c’est comme ça qu’on avait trouvé Hime à l’époque.

Finalement on s’est dit que plutôt que prendre un bébé qui n’aurait aucune difficulté à trouver une maison, autant aller chercher un toutou qui lui ne demandait que ça, avoir ou retourner dans une maison. Surtout que ce n’est pas comme si je n’avais pas personnellement été sensibilisée à la cause pendant des années ! Et puis vu l’historique de nos différents animaux, notre truc en réalité c’est un finalement la récup’.

Nous y nous voilà !

Sauter le pas…

Le 21 mars dernier, la décision est prise. Premier réflexe, ma Présidente, toujours en poste à l’Arche de Noé de Challans en Vendée. Mais c’est un peu loin de chez nous qui vivons maintenant en Alsace. Adopter un chien, oui. Faire 10 h de route pour ça, non. Puis c’est pas comme si on en n’avait pas juste à coté des refuges. On regarde, on prend les avis de tel ou tel organisme. J’en profite pour aller regarder sur le site internet de la SPA de Mulhouse quels chiens ils ont à l’adoption actuellement. On arrête un choix.

Comme on est du genre à suivre nos idées quand elles nous viennent, nous voilà y voilà donc dès le lendemain. Alors déjà, agréable surprise en arrivant. C’est grand, et carrément bien entretenu. On sent que le personnel et les volontaires ont vraiment à cœur de prendre soin de leurs pensionnaires. Croyez moi, pour avoir vu pas mal de lieux où on « s’occupe » des animaux, tous sont pas aussi bien tenus que cette SPA là. Forcément la multitude de box fait peine à voir. Par chance il ne sont pas en surpopulation en ce moment, plus de la moitié sont vides. Tant mieux ?

A 14 h, les soigneurs mettent les chiens en extérieur pour qu’ils prennent l’air. Ça nous permet de tranquillement découvrir les animaux en attendant que quelqu’un soit disponible pour discuter. Par chance, l’équipe est assez nombreuse pour qu’on puisse assez vite parler avec plusieurs soigneurs différents. Sous la vigilance d’une des soigneuses on a même pu entrer dans l’enclos de 2 chiens pour les caresser !

… mais pas sans avoir poser les bases du projet

Avant de venir, on avait clairement listé avec Monsieur les impératifs que notre nouveau compagnon devrait remplir pour avoir une chance de nous rejoindre : s’entendre avec les enfants, s’entendre avec les autres animaux déjà présents, être plus petit que Hime pour ne pas qu’elle se sente en danger avec l’arrivée d’un nouveau. On partait donc sur un chien assez petit parce que même si elle est croisé labrador et husky, elle fait à peine la taille d’un épagneul breton. Pour le reste, on était pas trop regardant. Même pas besoin d’être beau tant qu’on avait le coup de cœur.

Ayant déjà jeté un œil sur les chiens disponibles à l’adoption sur leur site internet, j’avais une idée assez précise du chien que je voulais adopter. Le seul hic, c’est qu’en arrivant, il y avait déjà 3 personnes qui venaient pour le toutou en question.  Au pire, il y avait bien ce magnifique malamute qui avait complètement fait craqué Monsieur. Heureusement qu’on avait dit petit…

Adoption d’un chien à la SPA de Mulhouse

Le système est plutôt simple. Vous venez, vous découvrez les animaux. Si le feeling se crée avec un des pensionnaires, il y a 3 ou 4 étapes à respecter pour pouvoir adopter.

Etape 1 : le dossier de candidature

Passage obligatoire pour espérer repartir avec cette adorable boule de poils a qui vous a fait craqué : déposer un dossier de candidature à  l’adoption. Un chien peut en effet se retrouver à avoir plusieurs personnes qui souhaitent l’adopter. C’est la SPA qui choisira où ira le chien, en se basant notamment sur les dossiers de candidature des potentiels adoptants. Et vous pouvez oublier le « premier arrivé, premier servi ». Ça signifie que même en étant le dernier à déposer un dossier, vous avez toutes vos chances de finalement devenir l’heureux maître. Il ne faut donc pas hésiter à se lancer.

Il est très demandé, il est presque adopté…

Dans notre cas, on se doutait qu’il y aurait du monde pour adopter le chien que nous visions parce qu’il est quand même trop mignon. Mais voir les 3 personnes dès notre arrivée, j’avoue que ça m’a un peu démoralisée sur le coup parce que je ne pensais qu’on serait autant quand même. Sauf que la dernière soigneuse avec qui nous avons échangé nous annonce que, surprise ! aucun des 3 visiteurs n’a déposé de dossier. Double surprise même, il n’y a qu’une candidature en cours d’étude. Nous voilà donc en « concurrence » avec une seule personne. De vous à moi, je pense que le soigneur qui avait été sollicité par les autres ce jour là a dû tester leur motivation l’air de rien parce que les brides de conversation qu’on a pu capté n’était pas des plus encourageantes… Nous on a pas lâché, et on a eu raison.

Etape 2 : la rencontre avec les autres chiens du foyer

L’étape suivante, après le dépôt du dossier de candidature, c’est d’organiser une rencontre avec le(s) chien(s) déjà présent(s) à la maison. Si tout se passe bien, accès à l’étape suivante. Si la rencontre n’est pas concluante, la SPA ne donnent pas suite au projet d’adoption avec le chien visé. Le refus peut aussi venir de l’adoptant si finalement il se rend compte que son chien n’est pas à l’aise. Pour nous c’était clair, si Hime ne validait pas, on n’adoptait pas.

Me voici donc de retour à la SPA dès jeudi, soit 2 jours après avoir déposé notre dossier de candidature… uniquement parce qu’ils n’accueillent pas le public le mercredi ! Ma grande m’accompagne, elle profite de l’occasion pour se renseigner sur comment devenir bénévole à la SPA parce qu’elle a vu qu’elle pouvait se proposer pour sortir des chiens le matin (personnellement j’attend de la voir se lancer). Bref, résultat de la rencontre, Hime et son potentiel nouveau copain ont tout de suite bien accroché. En réalité, après les reniflages d’usage, notre chienne l’a complètement snobé, comme elle fait avec tous les chiens qu’elle ne considère pas comme une menace. Etape 2, check !

Etape 3 : la visite du domicile

Si la rencontre est concluante, l’étape suivante c’est la visite au domicile. Une personne mandatée par la SPA vient voir le potentiel futur lieu de vie, et ça peu importe le nombre de dossier déposé sur l’animal. Cette personne vient sans l’animal, pour découvrir votre logement. C’est aussi l’occasion d’échanger plus longuement sur les attentes et sur l’animal en question parce que la personne qui vient connait son dossier et son histoire et a plus le temps de discuter que les soigneurs sur place qui ont fort à faire avec tous leurs pensionnaires.

La soigneuse avec qui j’ai fait la rencontre des chiens m’avait indiqué que je n’aurais sans doute pas d’appel pour la visite avant la semaine suivante. De toute façon nous n’étions pas non plus à la minute. Mais j’ai finalement été appelée quelque chose comme 2 h après qu’on ait quitté la SPA pour fixer ce fameux rdv au lendemain midi. Pof, direct.

Etape 4 : le test avant l’adoption définitive

Quand cette personne a rencontré toutes les familles potentielles, elle rend un rapport à la SPA qui arrête son choix définitif. La famille choisie est contacté pour venir chercher l’animal.

La dame est venue à la maison vers 12h30. Pendant 30 minutes environ. Je ne savais pas trop quand on aurait des nouvelles, elle avait d’autres visites à faire. Lundi ou mardi je trouvais déjà ça rapide. Alors le coup de fil à à 14h30 pour me dire qu’on pouvait venir chercher le chien, genre là tout de suite maintenant, autant dire qu’on en s’y attendait pas.

On y a finalement été samedi matin, rdv pris à 11h, histoire de se laisser le temps d’aller chercher le minimum nécessaire pour l’accueil du toutou : de quoi manger, dormir et se promener. Si nous n’avions pas eu de chat, je pense que nous aurions pu finaliser l’adoption tout de suite. Mais la SPA a vu revenir trop de chiens au bout de 2 jours parce que finalement ça ne passait pas à la maison avec le matou. Donc la paperasse d’adoption bonne à être annulée pour refaire de la paperasse d’abandon… Du coup, ils ont mis en place un contrat de famille d’accueil. Cette période d’essai dure une semaine, ça permet de voir comment ça se passe avant de valider ou pas l’adoption.

Mushu

 

 

Le 26 mars Godzilla le petit pinsher mettait les pattes à a maison. On l’a renommé Mushu, et il fait officiellement parti de la famille depuis le 2 avril !

 

 

 

Adresses utiles (accès au site internet en cliquant sur le nom) :

Crédit image : SPA Mulhouse

SPA de Mulhouse – Haute Alsace 21, rue Edouard Singer – 68100 Mulhouse / Tel. : 03.89.33.19.50 / Courriel : contact@spa-mulhouse.fr

Crédit image : Arche de Noé – Challans

 

Arche de Noé – Refuge & fourrière Chemin des genêts 85300 Challans / Tel.: 02.51.68.12.07

Déménagement prévu dans les semaines à venir dans les locaux de l’ancienne pension Jeanne d’Arc : lieu dit Jeanne d »Arc D948 route de Challans Beauvoir 85230 Saint-Urbain

2 Commentaires

  1. Très émouvante cette jolie histoire. Vous animaux ont de la chance de vous avoir. Longue et je deviné déjà heureuse vie à Mushu, Himé, Lumya et Praline.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page.

%d blogueurs aiment cette page :