Bois, bambou, métal, plastique, verre… les matériaux sont multiples. Quand on débute en tricot, il semble parfois difficile de choisir ses aiguilles. Chaque matériau ayant ses particularités, au final c’est une question de goût. On fait un point ?

A chaque matière ses avantages et ses inconvénients. Je pense qu’il faut les tester et finalement opter pour celles avec lesquelles on se sent le plus à l’aise, parce que le tricot c’est aussi une question d’affinité.

Les aiguilles en plastique

Les aiguilles en plastique sont les plus légères, ce qui est appréciable quand on est encore en phase d’apprentissage pour la maniabilité. Coté budget, elles sont moins onéreuses que les autres. Idéal pour se lancer sans se ruiner ! Coté dimension, on les trouve en général à partir de la taille 5,5, voir 6 selon les marques. Autrement dit, pour les ouvrages utilisant de la grosse laine.

Aiguilles en plastiques colorées
Crédit photo : Bergère de France

C’est une matière intéressante pour les novices car elle a un peu tendance à accrocher. Entendez par là que la laine glisse moins que sur des aiguilles en métal pour comparer. Moins de risque alors que les mailles se fassent la belle, de quoi limiter la frustration bien connue des débutants un peu trop perfectionnistes dont j’ai fait partie. Le revers de la médaille c’est qu’il faut parfois un peu forcer la maille pour la tricoter, d’autant qu’en débutant on a un peu tendance à tirer sur le fil… mais ça se corrige avec l’expérience, donc ce n’est pas vraiment un frein au final.

Niveau couleur, on les trouve souvent en gris, parfois en blanc selon les diamètres, mais en cherchant un peu on peut en trouver des versions colorées comme ici chez Bergère de France.

Les crochets en plastique : même avantage de poids et de budget, mais je ne les trouve pas très solides. J’en ai cassé quelques-uns en crochetant un tapis avec la laine Hooked par exemple, trop de pression sûrement. Bref, coté crochet, le plastique je déconseille.

 

Les aiguilles en matière naturelle

Un des gros intérêt des aiguilles naturelles, c’est qu’on les trouve dans absolument toutes les tailles, contrairement à celles en métal ou en plastique. On notera également que même très fines, elles ne se tordent pas ! Par contre, attention à la solidité, plus elles sont fines, plus le risque qu’elles cassent est grand si l’ouvrage est lourd. Si elles sont de mauvaises qualités, gare également aux échardes qui pourraient abimer la laine.

Aiguilles en bambou
Crédit Photo : Sostrene Grene

Les aiguilles en bambou  sont aussi légères que les aiguilles en plastique, voir plus, et aussi lisse que celles en métal. L’autre avantage, c’est qu’elles résistent plutôt bien à la chaleur, aux frottements, ou encore à la transpiration. J’ai en effet remarqué que la pointe de mes aiguilles en acier a tendance à perdre sa couleur à mesure que je les utilise à cause du frottement. Et certaines de mes aiguilles en plastique ont finies par noircir à cause de la transpiration. Les aiguilles en bois ont les mêmes qualités que celles en bambou.. mais attention car à force d’utilisation elles peuvent avoir tendance à patiner. Si l’effet visuel est très sympa, ça va surtout les rendre encore plus glissantes.

Les aiguilles naturelles sont utilisables par les tricoteuses débutantes comme intermédiaires, car leur texture permet de tenir la laine qui ne glisse pas trop. Cela étant elles conviennent aussi aux tricoteuses expérimentées qui apprécient leur surface légèrement texturée notamment pour tricoter les laines très glissantes, type soie.

Coté tarif, les aiguilles naturelles sont généralement plus onéreuses que les autres. Elles sont néanmoins tellement agréables à l’usage qu’on leur pardonne le petit investissement supplémentaire. On peut quand même trouver des aiguilles en bambou à un prix très abordable. Coté bois, plus le bois est dur, plus l’aiguille est robuste, plus le prix est élevé… mais on peut dénicher de véritables œuvres d’art !

Les crochets en bois & bambou : Comme pour les aiguilles, leur gros avantage est la légèreté. Je n’ai pas testé leur solidité, mon crochet en bambou le plus fin étant un diamètre 9mm. Mais je pense qu’ils tiennent plus le choc que ceux en plastique.

Les aiguilles en métal / aluminium

Elles sont plus lourdes que toutes les autres, et plus glissantes. Coté taille, elles vont généralement jusqu’à 5,5 voir 6. On les privilégie donc pour les ouvrages avec de la laine fine. A ce sujet, plus les aiguilles sont fines, plus elles risquent de tordre sous le point du tricot. Avec l’acier, aucun risque qu’elles ne cassent ! Cette texture d’aiguille permet de tricoter plus rapidement car très lisse. Et comme les aiguilles sont fines, elles ouvrent la porte à des ouvrages plus travaillés.

Coté tarif, elles sont un peu plus cher que celles en plastique, mais cela reste tout à fait abordable, et le choix est large. Je les conseille néanmoins aux tricoteuses expérimentées car le métal permet aux mailles de glisser sans frottement, ce qui peut être un peu déconcertant voir agaçant quand on ne maitrise pas encore suffisamment l’art du tricot.

Si on doit parler d’inconvénient, on mettra le doigt sur leur température de départ : froide. Autant dire que ce n’est pas du tout sympa pour les personnes habituées à caler une aiguille sous le bras,. L’autre inconvénient est plus auditif : le cliquetis des aguilles qui s’entrechoquent. Un petit bruit que tout le monde n’apprécie pas forcément sur la durée… A part ça, peut de chose à redire sur les aiguilles en métal.

Les crochets en métal : Pour l’instant, ils ont ma préférence pour les petits diamètres. Ils sont solides, et la plupart du temps on les trouve avec des poignées pour une meilleure ergonomie. de quoi éviter les crampes de poignets justement.

Aiguilles à tricoter en verre
Crédit photo : Matt (workathomedad) – Flickr

Les aiguilles en verre

Aussi étrange que ça puisse paraitre, il existe des aiguilles en verre. Disons le tout de suite, leur plus gros inconvénient est leur fragilité. Je ne pense pas qu’il en existe dans toutes les tailles. Je n’ai jamais eu l’occasion d’en utiliser, mais j’en ai vu de très jolies, très travaillées. Pour les curieux à ce sujet, j’en ai trouvé de très jolies sur Etsy.

 

 

Les aiguilles en os

Sincèrement, si vous voulez trouver ce type d’aiguilles de nos jours, je vous invite à vous rapprocher d’un musée. Mais pour la petite histoire, les plus anciennes aiguilles à tricoter jamais retrouvée étaient en effet en os, ou en bronze. Elles ont été dénichées dans des tombes coptes (chrétiens d’Égypte). C’est aussi là qu’a été retrouvé la plus ancienne relique tricotée : une paire de chaussettes !

 

Pour ma part, j’ai dans mon stock des aiguilles de différentes matières. J’utilise  principalement celles en métal, mais quand il fait froid c’est le bambou qui prend le relais, bien plus chaleureux.. C’est aussi vers ce matériaux que je me tourne pour les ouvrages en grosse laine. Mes aiguilles en plastique sont quant à elles à la retraite en attendant la relève. Et vous, vous utilisez quoi ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page.

%d blogueurs aiment cette page :